Le Basic de bill Gates que j'avais décodé sur mon Oric-1 ne procède pas autrement et tous les langages informatiques agissent de la même façon, lire des caractères à partir de fichiers et reconnaître ce qu'ils interprètent que ce soit des champs des listes, des tableaux ou des mots.

Comment procèdent t-ils (ces langages) alors, il faut connaître ce que les informaticiens appellent un "grep". Celui-ci compose des chaînes de caractère séparées le plus souvent par un espace.

Le compilateur se sert de ces mots pour créer un dictionnaire et dès qu'il en trouve un nouveau en plus de ceux qu'il connait déjà, il le mémorise avec son adresse pour l'appeller quand il en a besoin.

L'interpréteur plus lent décode les chaînes de caractères à la volée pour les comparer aux instructions qu'il connaît déjà lui aussi, l'avantage du compilateur, tout le monde le sait mais demande une tâche en amont qui est de parcourir l'intégralité du code source du code-sources pour générer du code-machine, c'est beaucoup plus rapide à l'execution et beaucoup de logiciels sont produits de cette façon.

Le basic ou les langages interprétés "découvrent" le code-source au fur et à mesure de son exécution... le javascript aussi. Son mode de fonctionnement itératif ne lui permet de voir que le code en cours d'exécution et pas l'intégralité du code-source du moins dans sa formulation de départ et quand on «déroute» avec un appel à la fonction gosub, alors il doit aller chercher où elle est? Parmi mon code source, ou plus de 200 modules sont implémentés mais qui se composent de 200.000 lignes maintenant, il serait impossible de travailler comme ça!

C'est pour cela que j'utilise un langage compilé, il mémorise en parcourant le code-source l'adresse des fonctions qu'il rencontre, comme le facteur pour ainsi dire... sachant précisément où elles sont au moment où il les rencontre, il lui faut lui aussi chercher son adresse, on va voir comment mais comme il l'a connait elle est inscrite une fois pour toute dans le «code machine».

Pour trouver rapidement un mot parmi un dictionnaire les informaticiens utilisent les tables de hâchage, mais je vous propose cette méthode, et je procéderai comme ceci : créer une liste avec autant d'entrées que de lettres dans l'alphabet et ces listes pourraient en contenir d'autres pour chaque second caractère. Ainsi si vous cherchez un mot comme "chercher" il suffit de parcourir la troisième liste car ce mot commence par 'C'; les listes doivent être créées au fur et à mesure pour ne pas encombrer la mémoire. Habituellement les tables de hâchage sont composée selon le modulo d'un certain nombre. Ceci pourrait-être le nombre total de caractères ou bien l'ordre ascii de chacun des caractères ou la somme de tout ceci pour le déterminer.

L'explication du fonctionnement de ce compilateur tient en quelques mots. Agréger un vocabulaire puis le comparer avec celui connu ou à connaître. La détermination, des prototypes d'appel des fonctions permet de vérifier et aussi d'anticiper (dans l'éditeur) comment sont classés les paramètres de ces fonctions. Une seule difficulté, connaître et prévoir l'orchestration de tout ceci.

Mais alors vous allez me dire, Denis comment as-tu-pu faire cela ? Tout simplement en me documentant abondamment sur le sujet ! Pour savoir son fonctionnement et aussi l'utiliser à bon escient et ainsi vérifier son fonctionnement. Pièce après pièce, vous savez vous aussi que les contrôles néccessaires à cette description se basent sur le comportement d'automatisme que j'ai mit en oeuvre.

Après une nuit de sommeil et avec la certitude d'avoir établit quelque chose d'utile, parfois je me reveille pour en être certain et ainsi j'avance avec la conviction d'en être sûr.

Sachant tout celà, comment faire pour aborder la programmation ? En effet, ce qui est compliqué à entrevoir - vous semble simple une fois expliqué! Pourtant ce serait facile d'expliquer comment dessiner un rectangle comment dessiner un cercle, je l'ai fait et j'ai même commencé par ceci - quand on m'a demandé aux Beaux-Arts, il y a quelque temps de cela comment faire un cercle quelle ne fut pas mon plaisir de le refaire.

Les fonctions décrites par le manuel de processing, décrivent comment l'utiliser mais l'un d'entre-eux voulais savoir comment faire un cercle.

J'ai analysé le fonctionnement de tout ceci pour avoir avec facilité décrit comment refaire ces fonctions (les miennes). Mais pourquoi utiliser processing ? alors que je me suis aperçu que le bien connu Basic de Bill Gates n'était plus livré avec son système.

Alors je me suis demandé comment utiliser quelque chose d'aussi simple pour simuler son apprentissage avec Denis-Draw. Quel joie pourrait déclencher le fait de passer du dessin avec une souris vers l'écriture de script avec son langage! En effet la palette vectorielle que j'ai conçu permet de dessiner et comme les fonctions de Processing sont orientées graphique oû plutôt possède aussi des fonctions graphiques, il était facile de les transporter de Denis-Draw avec ce langage. Un simple cercle dessiné non pas comme une carte de points mais par une description informatique tout autant que mathématique, est alors transcodé dans ce langage avec la fonction Ellipse mais avec deux fois le même paramètre le cercle devant être une particularité selon eux.

Donc comment fonctionne votre ordinateur ? un bus d'adresse relie le microprocesseur à la mémoire De celui-ci. Le coeur est activé par une horloge qui oscille à toutes vitesse pour le cadencé comme une cloche qui bat à toutes vitesse. Le coeur de ce microprocesseur décode les instructions en plaçant les informations sur le bus d'adressage sur le bus pour les communiquer aux registres dont le contenue transite en permanence selon les signaux de lecture ou d'écriture. La mémoire elles-même est constitué comme une grille ou les entrés sont activées pour sortir les informations stokées.

Le clavier, lui même, est organisé comme une suite de ligne est de colonne qui sont alternativement alimentées, c'est l'intersection entre le courant envoyé sur une rangées et sa sortie pour sortir une information quand une touche est appuyée, le signal ressort à l'intersection des deux conducteurs et une puce mémorise dans un buffer ce qui arrive du clavier et déclenche une exception quand une touche d'un de ces caractère est appuyée pour le signaler au micro-processeur.

Le compilateur lui est un de mes outils favories et pour cause, je l'utilise tout les jours mais savez-vous ce que c'est : c'est un outil logiciel, il n'existe pas en tant qu'humain, c'est un programme qui à ceci de particuler c'est qu'il génère d'autre programmes avec leurs code-sources.

Comment procède t-il alors ce compilateur, la lecture des caractères qui compose ce code, lui permet alors de traduire un langage éllaboré par du code assembleur. Je le vérifie aussi souvent que possible et ainsi j'obtient les fonctions équivalentes pour un microprocesseur donné.

Les langages informatiques connaissent des rudiments les briques de base comme un vocabulaire restreint. Ce référer aux fonctions de processing par exemple, vous pouvez alors ajouter les votres pour que celui-ci s'améliore par ce que vous voulez décrire. Quand le compilateur rencontre des caractères (qui sont codé selon des règles précises), alors celui-ci compare les phrases obtenues par celle qu'il connait déjà puis stock les nouvelles avec celles déjà rencontrées.

Quand j'ai entrepris de programmmer Impact, qui est devenue Vincent sous Window une lettre d'avance, et qui se nomme comme vous le savez désormait Denis-Draw. Je me suis procuré un compilateur Borland-Pascal, ceci était le plus rapide des compilateur du marché. avec un éditeur en mode DOS et une touche de lancement rapide de la compilation et ceci était et se passait en 1990.

La première des chose que j'ai fait consister à vérifier ce qaue j'avais appris au lycée, comme cette règle de Pythagore : A²+B²=R²
ce qui permet à l'inverse de déterminer la distance d'un d'point par rapport à un autre avec cette formulation : .

Le premier outil sous DOS nous l'avions avec Christophe appellé Impact du fait qu'il était conçus pour dessiner sur écran et qu'il pouvait sortir une épreuve en papier.

Vous allez vous étonner car si j'avais quitté la CAF pour sortir des bases de données. Il faut bien en convenir que les dessins aussi ont besoin d'être stocké, et donc de définir les structures nécéssaires à ceci.

En effet, tous les langages disposent de primitives graphiques cependant ce logiciel permet de faire abstraction de ces notions pour les utiliser avec une souris. Ce qui n'est pas plus évidant!...

Code Source pour certain les secrets de fabrication. En réalité l'ensemble du texte qui compose un programme. Celui-ci est écrit avec une normalisation précise dépendant du compilateur et donc du langage utilisé comme Cobol, Fortran, Pascal, C, Javascript et Java. Il en existe bien d'autre mais se sont les plus connus.